Les coups de cœur des libraires

  • Terra Alta

    Javier Cercas

    Melchior, un policier au nom de roi mage, ex-repris de justice et fils d'une prostituée, qui a fait des «Misérables» de Victor Hugo son «vade-mecum» vital, mène l'enquête sur les terres de l'Ebre, à l'extrême sud de la Catalogne. Mais ici plus qu'ailleurs "tôt ou tard, tout s'explique par la guerre" et il devra faire sien le dilemme de Jean Valjean : "Rester dans le paradis, et y devenir démon, rentrer dans l'enfer, et y devenir ange !".

  • "Ce volume contient les textes suivants :
    Le Mage d'Ecbatane. Caritas Vitae (la charité de vivre).
    Esculape. [Sans titre]. Critique de l'amour.
    Le Bel Agonisant. La Poésie d'aujourd'hui, un nouvel état d'intelligence. Le Phénomène littéraire.
    La Lyrosophie. [Sans titre]. Leçons de choses.
    Jean Giraudoux et ses personnages de roman.
    Nous, Kabbalistes. Jacob Cow de Jean Paulhan.
    Freud ou le Nick-Cartérianisme en psychologie.
    Carl Sternheim, Paul Neuhuys, Elie Ehrenbourg.
    [Note sur des détracteurs]. Quelques mots sur la poésie d'Ivan Goll. Rimbaud. Variable : Âme.
    Amour indigent (à propos des Don Juanes). Coeur de René. Fernand Léger."

  • Bernadette Gervais nous offre un magnifique abécédaire grand format. Idéal pour les plus jeunes, pour l'apprentissage de l'alphabet et découvrir les beautés de la nature.
    Bernadette Gervais à longtemps collaboré avec francesco Pittau (le duo Pittau-Gervais) et continue son exploration du monde jeunesse en solo. Son travail pictural est ici particulièrement remarquable, mélange de pochoirs et de travail à l'éponge. Elle a publié, chez les Grandes Personnes, un grand nombre de livres jeunesses animés ou pop up avec Francesco Pittau : citons ici la série Axinamu, l'Imagier des saisons ou Une année avec l'ours José. Bernadette Gervais vit à Bruxelles.

  • Une famille de pêcheurs dont le père disparaît en mer, un couple de gens modestes que la mort vient séparer, un homme seul qui abandonne maison, papiers d'identité et biens matériels pour vivre en vagabond sous les étoiles... Trois poèmes narratifs.
    Trois destins aux prises avec la vie. Trois histoires simples pour dire la fierté du peuple grec. Ce ne sont pas les héros des batailles homériques que chante Katerina Apostolopoulou dans ce premier recueil écrit en deux langues, le grec et le français, mais le courage des êtres qui placent l'hospitalité et la liberté au-dessus de tout, qui se battent avec les armes de l'amour et de la dignité, qui ont peu mais donnent tout. À l'heure de la crise économique et du concept de décroissance, une voix venue de Grèce nous invite à voir Sisyphe heureux.

  • Les filles du bord de mer...
    Japon, fin des années 1960. Nagisa, jeune citadine tokyoïte aux manières policées et pudiques, débarque avec son paquetage sur Hegura, petite île de pêcheurs reculée. Là, elle est adoptée par Isoé, la cheffe de la communauté des « Ama » qui gouverne l'île. Les Ama, ces « femmes de la mer » brutes, fortes et sauvages qui plongent en apnée, nues, pour pêcher des coquillages... Choc intime et culturel, ce mode de vie rural et indépendant est progressivement investi par la timide Nagisa, qui fuit son passé.

  • Carmin, pensionnaire à l'orphelinat Sainte-Alliance, pensait finir sa vie dans les usines de Linn. Qui, en effet, voudrait adopter un garçon doté d'un sabot à la place du pied droit ?

    Alors, quand Gléphirina et Calphurnius Powell l'emmènent vivre dans leur demeure, le jeune orphelin n'en croit pas ses yeux. Aurait-il enfin droit, lui aussi, à la belle vie des riches habitants de Linn ?

    Malheureusement, son enthousiasme laisse bientôt place à une sourde inquiétude.

    Que cachent donc les Powell, collectionneurs d'animaux empaillés, dans le cabinet secret où ils passent leur journées ?

    Carmin serait-il, à cause de son pied-sabot, destiné à rejoindre leur collection ?

    Non, bien sûr, car on empaille pas les enfants...
    />
    Mais Carmin est-il un simple enfant ?

    En vérité, il ne le sait pas lui-même.






    "Carmin" a remporté la Pépite fiction juniors 2020 du Salon du livre et de la presse jeunesse.

  • L'Autruche ne sait rien de ses origines et n'a jamais connu que la vie au zoo. Un soir, l'occasion de s'en échapper s'offre à elle... C'est ainsi que commence « sa grande histoire ». Employée au Museum d'histoire naturelle, elle explore ses racines et découvre l'indépendance, mais aussi les règles insensées de la société qui l'entoure. Heureusement, ses compagnons, des évadés eux aussi, vont tout mettre en oeuvre pour l'aider à réaliser un plan insolite pour sauver les siens...

  • Ce sont les vacances ! Emmett et Cambouy (enfin surtout Cambouy...) ont de grands projets : partir loin, loin, loin ! Oui, mais voilà, une fois l'heure du départ arrivée, le plus aventurier n'est pas forcément celui qu'on croyait et assez vite Cambouy se dégonfle : dormir sous la tente, loin de son lit et de ses amis, n'est finalement pas sa tasse de thé. Le voyage se termine alors plus tôt que prévu à la grande déception d'Emmett qui, lui, s'est découvert l'âme d'un voyageur.
    Pour faire oublier qu'il a reculé, Cambouy propose un pique-nique au bord de l'eau où l'on se raconterait sa destination rêvée, pour voyager, mais en pensée, sans danger...
    Le problème c'est que la graine du voyage s'est plantée dans la tête d'Emmett qui, petit à petit, sombre dans la mélancolie. Il voudrait tellement voir la mer...

    Alors Cambouy va prendre sur lui, comme on le fait parfois en amitié, dépasser ses peurs, accepter de quitter son nid, pour faire plaisir à son ami.

    Les voilà tous partis... On s'épaule, on se soutient, on s'appuie sur les autres quand la fatigue se fait sentir ; la route est longue, mais le jeu en vaut la chandelle... la mer est si belle !

  • Les racines du ciel

    Romain Gary

    « La viande ! C'était l'aspiration la plus ancienne, la plus réelle, et la plus universelle de l'humanité. Il pensa à Morel et à ses éléphants et sourit amèrement. Pour l'homme blanc, l'éléphant avait été pendant longtemps uniquement de l'ivoire et pour l'homme noir, il était uniquement de la viande, la plus abondante quantité de viande qu'un coup heureux de sagaie empoisonnée pût lui procurer. L'idée de la "beauté" de l'éléphant, de la "noblesse" de l'éléphant, c'était une idée d'homme rassasié... »

  • Être aux toilettes lorsqu'une fusillade éclate et se dire que sa survie dépend de la vessie des terroristes. Prendre un café avec la petite fille qu'on gardait quinze ans plus tôt lorsqu'on était une étudiante un peu paumée, et se rendre compte qu'on se fait draguer. Apprendre qu'on est séropositif et tout envoyer balader. Voir quelqu'un se faire harceler dans le métro par une personne handicapée et se venger comme on peut. Arrêter de boire après une grosse connerie. Former un couple hors des schémas conventionnels et ne pas savoir totalement l'expliquer à son enfant qui grandit. Se faire entraîner malgré soi dans un happening féministe à des heures indues de la nuit.
    Macadam Butterfly, c'est l'amour, le sexe, la mort, les espoirs, les idéaux, les peurs, la drogue, la violence, la tendresse, les épreuves et l'humour : une série d'instantanés du quotidien intimistes et intrinsèquement politiques.
    Tara Lennart trace à coups de mots révoltés les multiples facettes de notre condition humaine contemporaine.
    Son regard acéré, souvent sombre, n'exclut pas le coup d'oeil amusé, sans jamais tomber dans le cynisme.

  • "Le coeur de Simon migrait dans un autre endroit du pays, ses reins, son foie et ses poumons gagnaient d'autres provinces, ils filaient vers d'autres corps." Réparer les vivants est le roman d'une transplantation cardiaque. Telle une chanson de gestes, il tisse les présences et les espaces, les voix et les actes qui vont se relayer en vingt-quatre heures exactement. Roman de tension et de patience, d'accélérations paniques et de pauses méditatives, il trace une aventure métaphysique, à la fois collective et intime, où le coeur, au-delà de sa fonction organique, demeure le siège des affects et le symbole de l'amour.

  • Dans le prolongement de l'ouvrage «Une Collection», publié en 2015 et devenu collector, cette nouvelle publication invite ceux qui aiment les livres à découvrir l'exceptionnelle collection de livres de photographie appartenant à la Maison Européenne de la Photographie. Les cent livres présentés dans cette édition sont choisis parmi les 32 000 références de la bibliothèque de la MEP qui en font la bibliothèque de photographie la plus grande d'Europe et témoignent ainsi de l'importance du livre dans l'histoire de la photographie. L'ouvrage est une sélection de livres d'auteurs, choisis tant pour leur qualité éditoriale qu'artistique, révélant un rapport particulier entre l'oeuvre photographique et l'objet livre.

  • Comment trouver la formule « idéale » de garde, et se repérer parmi les différentes possibilités (crèches collectives, assistante maternelle, garde partagée...) ? Déculpabilisant et rassurant, ce livre écrit par une spécialiste de la puériculture vous aide à faire « votre choix ».
    Son ambition ? Maximiser vos chances de trouver une solution épanouissante pour votre enfant, en vous guidant vers le mode de garde le plus adapté à vos valeurs, vos contraintes et vos aspirations.
    Son originalité ? Mettre en perspective tous les critères à prendre en compte dans votre choix : pratique, financier, médical, psychologique, sociologique...
    Son plus ? Proposer des questionnaires comparatifs inédits et des check-lists personnelles, une enquête sur les nouveaux services privés de garde collectifs, ainsi qu'un récapitulatif des données administratives actualisées.

  • Et si bien dormir, cela « s'apprenait » ? Et ceci, dès le plus jeune âge ? Les docteurs Céline Martinot et Vanessa Slimani, co-fondatrices du premier Centre Interdisciplinaire du Sommeil à Paris, révèlent dans cet ouvrage les secrets des bonnes nuits chez les petits.
    Son ambition ? Expliquer aux parents les principes du sommeil de leur enfant, de la vie in utero jusqu' à 6 ans, ainsi que ses troubles : difficultés d'endormissement, réveils nocturnes, cauchemars, anxiété de séparation...
    Son originalité ? Donner des méthodes concrètes aux parents pour qu'ils aident eux-mêmes leur enfant à mieux dormir. Et, le cas échéant, identifier les situations qui nécessitent une consultation.
    Son plus ? Rassurer les parents et répondre clairement à leurs questions.

    Après la lecture du livre, vous avez encore une question ? Nos experts vous répondent en priorité et gratuitement sur le site www.laurencepernoud.com

  • Essentiel et 100% utile, ce livre va vous aider à devenir le « partenaire » actif de la santé de votre enfant depuis sa naissance jusqu'à ses 3 ans.
    Son ambition ? Du bobo à l'urgence, aborder ce qui concerne la santé du petit enfant, en y rappelant aussi les actions de prévention : vaccination, gestes et hygiène au quotidien...
    Son originalité ? Un corpus de 100 fiches faciles à comprendre, qui vous indiquent comment réagir à toutes les situations, même les plus critiques.
    Son plus ? Une entrée dans l'ouvrage, guidée par les parties du corps humain, avec des réponses à vos questions les plus fréquentes : Que se passe-t-il ? Qu'est-ce que cela peut être ? Qu'est-ce que je peux faire ? Quand consulter ?

  • Musicien aveugle, clochard céleste de la première heure prenant l'apparence d'un viking, Louis Thomas Hardin (1916-1999), dit « Moondog », est une figure musicale singulière et majeure. Son premier public sera celui de la rue et son succès grandissant l'amènera à se produire dans le quartier des clubs de jazz, devanant ainsi le « Viking de la 6ème Avenue ». Trop écrite pour être assimilée simplement au jazz, trop complexe pour considérées comme de la pop, la musique de Moondog s'est épanouie avec des géants comme Charlie Parker ou Charles Mingus et a inspiré une diversité d'artistes allant de Bob Dylan à T om Waits. Amaury Cornut, passionné et admirateur de ce personnage unique, décrypte pour nous le trajet, l'univers et la discographie de ce musicien hors normes.

  • "Le discours soviétique officiel décrit progressivement la réalité du pays en termes qui ne correspondent pas à l'expérience commune, comme si les mots pouvaient créer les choses. L'importance de cette doctrine dépasse de loin le domaine esthétique, elle représente à l'état pur l'un des traits dominants de la société soviétique sous Staline car elle consacre le règne universel du mensonge". A la fois connaisseur de l'Union soviétique et grand penseur des oeuvres d'art, Tzvetan Todorov a souhaité éclairer les rapports idéologiques entre ceux qu'il nomme les "artistes créateurs" et le pouvoir politique à partir de la révolution d'Octobre.
    Comment les artistes ont-ils annoncé la révolution ? Comment ont-ils ensuite obéi ou échappé au réalisme socialiste désireux d'annihiler toute création ? Todorov explore le destin d'artistes phares, Maïakovski, Pasternak, Boulgakov ou Mandelstam, et s'attarde sur le parcours singulier du peintre Kasimir Malevitch, dont la pluralité des voies artistiques fait écho à l'intensité de son engagement. Le Triomphe de l'artiste, c'est finalement le pouvoir de l'art sur celui qui veut sa mort.

  • Hulul

    Arnold Lobel

    Hulul est un hibou solitaire, à la fois sage et naïf. Il se pose des questions sur tout et ses aventures sont poétiques. Le voilà qui s'étonne d'être suivi par la lune jusque chez lui, de ne pouvoir être en haut et en bas de l'escalier en même temps. Mais ce qu'il réussit le mieux, c'est le thé aux larmes.

  • Comment est née la fabuleuse histoire de La Vie d'une Reine sous le pinceau de Colette Portal ?
    Il a suffi d'une fabuleuse intuition, celle d'un directeur artistique de Marie Claire, pour déclencher la métamor-phose de l'auteur en fourmi. Cette série de magni-fiques encres de Chine parut d'abord dans le magazine en 1960 avant de connaître un succès éditorial interna-tional dès 1962. Cet ouvrage épuisé depuis plus de cinquante ans revit enfin grâce à une exposition à la Fondation Folon dédiée à cette artiste trop rare.
    « De cette histoire du monde animal où la tendresse ne semble pas apparente, j'en fis une histoire humaine où les rites les plus ordinaires ressemblent à ceux des humains. Le départ pour la vie, le choix du mâle ou de la femelle, la mort de l'un ou de l'autre par l'abandon de l'autre ou de l'un et malgré tout, veiller à la progéniture puis revivre. Construire, nourrir, chanter, faire face aux pourritures et sauver ce qui peut être sauvé, guérir et se relever pour rester à jamais debout. » Extrait de la préface de Colette Portal.

empty