Noviny 44

  • Hannah est quittée par Vincent.
    Dès lors que la porte claque, la vie bascule. Une heure auparavant, l'homme et la femme étaient ensemble. Maintenant, Hannah va devoir vivre l'heure qui suit le départ de l'être aimé. C'est la pire, l'heure fatale.

  • Un Dieu, des dieux, le big bang ? Mais où est la vérité ? À travers les siècles et à travers l'espace, les histoires foisonnent pour expliquer comment tout a commencé, qui a créé le monde, pourquoi les choses existent.
    Aline Baldinger propose un voyage autour du monde mais aussi dans le temps pour découvrir des mythes, des contes et des légendes qui racontent l'origine de l'univers, de la vie et des hommes. Des histoires pour penser la place de l'homme dans ce monde qui est le nôtre.

  • Adrià

    Hubert Auque

    Roman polyphonique, Adrià croise les paroles et les regards de personnages endeuillés par la mort d'un être auquel chacun d'entre eux, pour des raisons propres, vouait une admiration entière. Des regards croisés qui tissent le portrait d'un être d'exception, dont la disparition laisse orphelins ceux que sa grâce avait touchés. Plusieurs années après la mort prématurée d'Adrià, celles et ceux qu'il laisse en quelque sorte orphelins nous disent ce qu'il fut pour eux et leur surprise apprenant, le jour de son enterrement, son mariage « in articulo mortis ». Après avoir quitté la vie monastique, la vie séculaire d'Adrià nous est racontée par ceux qu'il retrouvait quotidiennement sur la terrasse d'un immeuble de Barcelona à l'heure du café : un ancien moine, Bernat, un ex-novice, Mateu, et un jeune Français, Daniel. D'autres personnages, Mercè, Christa, Ferran, Rosario, viennent mêler leur voix à cette oeuvre musicale où se succèdent refrain, da capo, leitmotiv. Le point de départ de chacun de ces récits est une phrase prononcée lors de l'enterrement d'Adrià, phrase qui a saisi l'assistance et au regard de laquelle chacun tente de reconfigurer son appréhension du disparu : « Nous prions pour sa veuve ». Cette phrase constitue comme une ligne de fuite, puisqu'en dévoilant aux présents leur méconnaissance au fond de l'être disparu, elle oblige chacun à redessiner pour lui-même un nouveau visage à cet homme qui n'en finit pas de leur chapper. Adrià, ou la mort en partage.

  • Alors qu'il se livre à ses plaisirs illicites avec un hijra dans une loge de cinéma, l'Ambassadeur de France est assassiné. Snecmard, son attaché militaire, doit déguiser le meurtre en accident aérien et lui-même disparaître. C'est ainsi qu'il devient Brez, offrant ses services à des intérêts particuliers. Tueur à gages, il liquide tour à tour un indépendantiste, un touriste, avant de devoir s'en prendre à la conseillère politique d'un partisan d'une Inde laïque. Ce roman se joue des codes génériques, déjouant tour à tour les codes du roman policier, du roman d'espionnage, du roman d'aventures, voire même du roman d'amour et du roman philosophique. Dans cette fresque en trompe-l'oeil, l'Inde sert de toile de fond à l'odyssée contemporaine d'une conscience perdue dans un vaste jeu de masques. Le style, aussi précis que fuyant, épouse à merveille les replis ombrés de cette plongée au coeur de la solitude humaine.

    Roman jubilatoire, Brez Cinéma revisite les clichés du roman de genre pour mieux les déconstruire. Au final, c'est à une véritable plongée dans une conscience introspective que nous convie ce roman.

  • « Dis, Papa, c'est vrai que le soleil un jour va s'éteindre ? ».

    Un panorama de tous les récits de l'extinction de l'homme, des plus anciens aux plus contemporains. La perspective de la fin du monde hante l'humanité sans doute depuis toujours. Grandes peurs archaïques, culpabilité, catastrophes naturelles, pessimisme téléologique, entropie. quelle qu'en soit l'origine, l'idée de la fin du monde a pris au cours des siècles des visages multiples, jouant à l'avance des scénarii divers, rendant parfois difficile de disputer entre danger réel et volonté de se faire peur. Chaque fois repoussée, toujours imminente, la fin du monde n'en finit pas, de génération en génération, de marquer de son sceau nos consciences inquiètes. Ce livre présente un panorama assez large des différentes façons de voir s'éteindre définitivement l'histoire de l'homme, depuis les perspectives religieuses ou mythiques jusqu'aux hypothèses scientifiques à la probabilité non négligeable, en passant par la menace peut-être la plus difficile à maîtriser : l'homme lui-même.

  • Le serein malgré lui

    Nadine Bellanger

    Fable philosophique jouant sur l'absurde et l'ordinaire dans une invitation à un voyage personnel et à une interrogation sur les acquis culturels et les évidences. Le serein propose au lecteur de redéfinir son espace mental en commençant par le penser et le rêver. Le clin d'oeil à la pièce de Molière est une manière de se demander si être serein dans un monde souvent malade est bien raisonnable.

  • Philippe planta lentement et précautionneusement la pointe du coupe-papier sous la peau de son crâne.
    La chirurgie, se dit-il, ce n'est vraiment plus ce que c'était ; les temps ont bien changé. Avant, ce genre de trucs, on le faisait soigner dans un endroit qui était fait pour... et aujourd'hui je suis seul à m'extraire la saleté qui me dévore la cervelle. Heureusement, heureusement que je suis compétent. " Heureusement " était-il en train de répéter à voix haute quand le sang se mit à couler au-dessus de son oeil gauche.

  • Une jeune provinciale cherche une chambre à Paris, un paysan endetté voit partir ses bêtes, une grande bourgeoise divorce enfin, un généreux mendiant se prend à rêver.
    Myriam Gallot raconte des solitudes, le plus souvent invisibles, auxquelles elle donne visage.

  • Cet ouvrage croise une dizaine de regards différents, des voix isolées dans leur singularité, des témoignages sur la réalité vécue au quotidien du conflit israélo-palestinien. Loin du manichéisme journalistique ordinaire, la subjectivité assumée de ces témoignages nous permet de pénétrer un peu dans l'épaisseur du réel d'un conflit que l'on ne perçoit trop souvent qu'à travers les lunettes de la diplomatie internationale ou de l'objectivité fantasmée des médias. Voix d'une jeune israélienne marginalisée qui nous relate son parcours militant, depuis son engagement dans l'armée jusqu'à sa remise en cause de ses propres « idées reçues » et son engagement dans le camp de la paix ; célébration de la Nakba dans un camp de réfugiés, loin du discours officiel de Ramallah ; récit d'une journée d'actions durant laquelle militants israéliens et palestiniens luttent de conserve auprès de paysans spoliés ; récit d'un mariage palestinien dans le regard d'une petite fille ; parcours d'un palestinien meurtri vers la nonviolence.
    Tous ces témoignages contribuent à nous rendre ce conflit proche, réel, palpable, dans son humanité ordinaire.

empty