• Casaquemada est une île des caraïbes.
    Une île que l'on cherchera en vain sur les cartes, mais qui n'en est pas moins tristement réelle. originaire de l'inde par ses ancêtres, raj est né sous cet heureux climat - propice en fait à toutes les misères, à toutes les dérélictions.
    Il partira, comme en rêve, chercher loin vers le nord un ailleurs oú il puisse enfin se sentir chez lui. mais est-on jamais chez soi quelque part ?
    Après la publication en français de ce premier roman (1992) et des deux suivants (l'innocence de l'âge, 1993 ; tous ces mondes en elle, 1999), la critique n'a pas hésité à saluer n.
    Bissoondath comme " l'un des plus grands écrivains d'amérique du nord. ".

  • Un écheveau de mensonges et de faux-semblants. voilà ce à quoi ressemble l'existence d'Alec. Décorateur d'intérieur. il est convaincu de devoir son succès à son talent, certes. mais aussi au personnage qu'il s'est créé : celui d'un homosexuel entretenant de nombreuses relations dans les milieux huppés dont est issue sa clientèle. Impassible, presque glaciale. la façade d'acier qu'il s'est efforcé de garder intacte au fil des ans va se corroder le jour où il rencontre Sumintra, une très jolie fille qui depuis toujours navigue entre l'image de jeune fille modèle que lui impose l'éducation corsetée de ses parents et ses réels désirs, bien plus débridés. Sumintra et Alec ont beaucoup en commun, partagent le même goût du secret, la même vie parallèle à l'abri des regards. Mais qu'en sera-t-il à la tombée des masques ? Trouveront-ils un jour un accord entre ce qu'ils sont. ce qu'ils ne sont pas et ce qu'ils voudraient être ?

  • Sa maison vient de brûler, sa femme vient de disparaître, cependant Mackenzie aborde le crépuscule de sa vie avec sagesse et une douce mélancolie qui se diffuse peu à peu dans le récit de son passé. C'est Noël, il vit chez sa fille, son mari et leur fils, et observe le mode de vie pressé de cette famille moderne, tandis que l'écheveau de sa mémoire s'impose à lui. Souvenirs de la Seconde Guerre mondiale, histoires d'amour et de trahison, d'amitié et de brouilles, tissent une trame dont le sens se révèle à lui, créant de nouveaux liens avec les siens.

  • Cette histoire se déroule dans une île imaginaire, quelque part au large de l'Inde. Une île au climat tropical, couverte d'une forêt au creux de laquelle règne une nuit encore plus profonde que la nuit. Elle est le théâtre d'affrontements meurtriers entre une armée gouvernementale et des rebelles qui luttent pour l'indépendance de leur ethnie. Un jeune instituteur issu d'un milieu aisé décide de s'établir dans le Sud, région défavorisée et déchirée par la guerre civile. Il fonde tout son espoir dans l'enseignement qu'il apportera aux plus démunis. L'éducation n'est-elle pas la clé qui ouvre un avenir meilleur ? La connaissance de soi et des autres n'est-elle pas notre seul outil pour construire la paix ? À mesure que passent les mois, il se lie avec les habitants du village. Toutefois, plus il scrute cette communauté, moins il réussit à la comprendre. Bientôt, il ne réussit à percer ni le sens des mots ni celui des regards qui sont échangés autour de lui. Une vérité néanmoins s'impose à lui. Une vérité qu'il n'aurait jamais soupçonnée et qui s'oppose radicalement à tout ce à quoi il croyait, mais qui l'emporte irrésistiblement.

    Né à Trinidad en 1955 d'une troisième génération d'immigrants indiens, Neil Bissoondath vit à Québec. Il est l'auteur de plusieurs romans (Retour à Casaquemada, Phébus, 1992, L'innocence de l'âge, Phébus, 1998, Tous ces mondes en elle, Phébus, 1999) et recueils de nouvelles, ainsi que d'un essai percutant sur le multiculturalisme canadien, Le Marché aux illusions (Seuil, 1996). Il est aussi journaliste et enseigne la création littéraire à l'Université de Laval.

  • en s'envolant vers l'île qui l'a vue naître, yasmin n'a qu'un but, y disperser les cendres de sa mère.
    mais elle doit accepter que, là-bas, les langues se délient et les souvenirs sortent de l'ombre pour tisser l'histoire de ses parents, indiens des caraïbes. son père, vernon ramessar, obsédé par sa carrière politique à l'heure de l'indépendance, et sa mère shakti, une femme fière et captive de son destin. derrière les anecdotes, les non-dits et les légendes se cache souvent une vérité trop douloureuse à dévoiler, et yasmin comprend qu'il est impossible de remonter le temps sans se perdre un peu.
    " la beauté de ce roman peuplé de songes, de "mondes en elle", tient dans cette distinction yasmin la belle ne cherche pas ses racines [...]. ce qu'elle désire c'est comprendre, par enveloppement, par empathie, qui furent ses père et mère et leur vie sur cette terre étrangère. " catherine argand, lire.

empty