• Tout a été consigné dans un cahier où l'on trouve l'empreinte de plusieurs histoires, la grande, celle du soulèvement des Alpes, racontée par un guide excentrique, la petite, celle de la vie quotidienne d'un groupe de randonneurs.

  • Apprenons à lire l'arabe

    Collectif

    8 histoires, 8 légendes. Tout mythe a sa part de vérité, parfois cachée depuis des millénaires. Des druides de l'île Barbe jusqu'aux insondables souterrains de Lyon, les légendes de Lyon se dévoilent enfin.

    120 Autres éditions :

  • « Crétin des Alpes ! » Avant d'être l'une des insultes préférées du capitaine Haddock, l'expression désigne un état prononcé de dégénérescence physique et mentale, éradiqué depuis les années 1920.

    Le crétinisme est l'objet d'un débat de santé publique essentiel au XIXe siècle, suscitant une « science de l'Alpe » qui pose exemplairement la question du « grand renfermement des corps » hantant le travail de Michel Foucault. Le crétin est aussi une victime, dont le sacrifice est un scandale silencieux. Il devient le cobaye de toute sorte d'expériences, pédagogiques et chirurgicales, généralement inutiles, et a été longtemps laissé dans un état débile et difforme.

    Sa revanche - une forme étonnante de fierté crétine - advient peu à peu par le travail de l'imaginaire collectif, qui en fait désormais l'un des emblèmes paradoxaux de l'identité alpine. C'est ainsi que les crétins ont, de multiples façons, tendu un miroir à la bien-pensance, ce que dévoile ce brillant essai d'histoire sur le pathétique ordinaire des « anormaux ».

  • L'ouvrage est construit autour de sept chapitres thématiques : Au fil de l'eau ; En marche vers le progrès ; De la terre à la table ; Les cités ; La vie quotidienne ; Les loisirs ; Fêtes et grands événements.
    L'iconographie rassemble des cartes issues des plus belles collections du Rhône, complétées par les fonds des archives départementales. Elles témoignent de la vie quotidienne à la Belle Époque, racontée par la plume expressive de Thomas Lop Vip.

  • Les grands travaux, les mouvements sociaux, les manifestations sportives et culturelles, les loisirs, le tourisme, des fait divers... des grandes villes et des petites communes drômoises.
    Le reflet de l'après-guerre, une radiographie du vécu des Drômois ainsi qu'un formidable témoignage de la vie de nos parents et de nos grands-parents.

  • Histoire de Lyon et de la métropole est un ouvrage illustré s'adressant à un public vaste. Il s'agit ici d'un compte-rendu des derniers travaux de recherche en histoire et en archéologie, de l'Antiquité à nos jours, du point de vue local de la ville de Lyon et de la métropole, et plus largement d'un point de vue national et international. Ce livre s'intéresse à l'histoire des villes et des territoires, ainsi qu'aux grands personnages lyonnais comptant dans leurs rangs de nombreuses femmes et minorités. Cette diversité des acteurs de l'histoire de la ville fait l'objet d'encadrés biographiques.

    Chacun des dix chapitres se segmente en deux pistes d'étude. Une première aborde les problématiques d'une période historique, tandis qu'une seconde se préoccupe des héritages de cette même période. Ainsi, Histoire de Lyon et de la métropole étudie non seulement le Lyonnais à travers les époques marquantes de l'humanité mais, par ailleurs, des thématiques actuelles : l'espace urbain et l'aménagement du territoire, la fabrication de l'histoire de Lyon dans le temps présent, de même que la mise en scène de cette histoire dans la ville.

  • Ils ont forgé l?histoire de Lyon. Par leurs talents, leurs innovations, leurs aventures?, ces personnages d?exception ont offert un grand destin à leur ville de naissance ou d?adoption.
    Bon nombre d?entre eux sont restés célèbres comme l?abbé Pierre, les frères Lumière, les Compagnons de la chanson, Claude Bernard, Henri Cochet, ou encore Eugénie Brazier, véritable reine de la gastronomie à travers le monde.
    Mais qui se souvient de Maître Philippe, berger autodidacte devenu le guérisseur des familles royales d?Europe ; de Juliette Récamier, la femme la plus courtisée d?Europe surnommée « l?enchanteresse » ; de Napoléon Bullukian, enfant esclave qui deviendra un capitaine d?industrie multimilliardaire ; ou encore de Jacqueline Delubac, l?actrice la plus élégante au monde qui offrira à Lyon l?un des plus importants legs de l?histoire de l?art ?
    Epoustouflante, enlevée, la vie de ces 50 explorateurs, écrivains, peintres, révolutionnaires, sportifs, hommes politiques, scientifiques, artisans lyonnais? se lit comme un véritable roman.
    Prêts à vous émerveiller ?

  • Jean-Noël Couriol et Lucien Dupuis vous convient à un voyage le long du Rhône, le fleuve-dieu, de Saint-Rambert d'Albon au Nord à Pierrelatte au Sud en passant par Romans, Valence et Montélimar. Cette décize, comme disaient autrefois les mariniers, est l'occasion de visiter la rive drômoise du fleuve.?C'est une succession de défilés où s'accroche un vignoble réputé, et de plaines opulentes où les lotissements et les zones industrielles grignotent lentement les labours.
    Depuis l'antiquité, la voie rhodanienne est l'une des grandes routes de l'Europe : des éléphants d'Hannibal aux cyclotouristes de la Viarhôna, c'est l'itinéraire obligatoire vers le Midi, ses mirages et ses enchantements.? Une connaissance intime des paysages et des hommes qui les peuplent permet aux deux compères de rencontrer le génie du lieu, qui habite un château, une église, mais aussi bien une grotte, une source et pourquoi pas, une centrale nucléaire.

  • Nonchalances ; par les sentiers de chez nous Nouv.

    Ce livre de Pierre Vallier journaliste et écrivain Drômois, réunit 70 chroniques récentes parues dans le Dauphiné Libéré.
    René Char, Albert Camus de passage dans la Drôme y côtoient Wilfrid Piollet danseuse étoile de l'opéra de Paris, née dans le nord de notre département et bien d'autres personnalités telles que Michel Rocard, Maurice Pic... Sans oublier de nombreux points de vue et témoignages sensibles sur notre région et sur le temps qui passe.
    Un ouvrage agrémenté de superbes photographies, dessins et peintures issus pour beaucoup du fonds documentaire de Mémoire de la Drôme.
    De nombreux artistes ont participé à l'enrichissement de l'ouvrage, dont Louis Monier, un des plus grand portraitiste français.
    Un très beau livre de 152 pages en quadrichromie avec couverture à rabats.

  • Ecrire une histoire des Lyonnaises, c'est se pencher sur vingt siècles au cours desquels les conditions politiques, religieuses, économiques, sociétales ont évolué. L'Antiquité a connu l'esclavage : le christianisme est devenu un fait de société prépondérant à partir du Moyen Age ; les premières femmes écrivaines apparaissent à la Renaissance ; les femmes de l'Ancien Régime sont dépendantes du statut de leur époux, et lors de la Révolution, certaines lyonnaises participent activement au siège de 1793 ; avant de remplacer les hommes dans les usines, lors de la Grande Guerre. Cette histoire se veut aussi celle du rapport des sexes. Comment les hommes ont-ils gouverné les femmes ? Ont-ils accepté que la femme pénètre dans leurs domaines réservés, comme le politique ou le religieux ? Au-delà de ces interrogations et des réponses qu'elles induisent, les auteurs de cette étude ont souhaité redonner aux femmes toute leur place dans l'histoire de Lyon. La place qu'elles méritent, et c'est une première dans l'historiographie d'une villes pourtant largement étudiée.

  • Située à la croisée des mondes germanique et latin, Lyon s'est façonnée au fil des siècles malgré une topographie difficile. Fondée par un lieutenant de César, la ville fut tour à tour le siège du premier parlement national, capitale du royaume burgonde, rattachée au royaume de Provence, puis ville libre à l'intérieur du Saint Empire romain germanique.
    Au XIVe siècle, il y a 700 ans seulement, Lyon est devenue française. La ville s'est dès lors attachée à cultiver sa différence avec la capitale, notamment lors des trois révoltes de 1793, 1831 et 1834. Elle s'est imposée dans le commerce, l'imprimerie, le cinéma, la soierie, la chimie, la construction automobile et, désormais, les nouvelles technologies. De grands noms comme les frères Lumière, Marius Berliet, Joseph-Marie Jacquard ou Émile Guimet sont associés à cette réussite. La fin du XXe siècle et le début du XXie l'ont projetée vers l'Europe, sans négliger ses anciennes et plus lointaines liaisons avec l'Afrique, le Proche-Orient et l'Extrême-Orient.
    Jean Étèvenaux raconte, siècle après siècle, l'histoire de la troisième ville de France, une ville cosmopolite et inventive dont la richesse historique et architecturale lui a valu d'entrer au patrimoine mondial de l'Unesco.

  • Présenter l'histoire de Lyon en 69 dates est un clin d'oeil.

    Avant d'être une métropole, Lyon appartenait, depuis 1793, au département du Rhône qui, dans la numérotation alphabétique des départements correspond au 69 !

    Ces dates se déroulent dans l'ordre chronologique, depuis la fondation de Lyon en 43 av. J.-C.

    69 dates pour un peu plus de 2 000 ans d'Histoire !

    Jour précis, couple d'années ou période plus ou moins longue, il a fallu choisir, et mettre en perspective historique, parce qu'une date n'est pas un événement isolé mais aussi un élément d'une chronologie. Le choix opéré se veut au plus près de la trame historique lyonnaise.

    Voilà un pari réussi, même si, pour aller plus loin, il faudra se plonger dans d'autres lectures...

  • Lyon

    Pollux

    Les personnages célèbres de vos villes ont des choses à vous dire !
    De Jules Verne à Louis XIV, de l'Abbé Pierre à Lefèvre Utile, de Jean Moulin aux Frères Lumière... Des recueils d'entretiens imagés, des dialogues avec ceux qui ont façonné nos villes et nos vies : on lit, on voyage, on apprend, on révise, mais surtout, on rit !
    Les petites et grandes histoires ont bien des secrets à nous révéler...

  • Lyon 68 raconte l'histoire de l'agglomération lyonnaise à travers les mouvements contestataires et alternatifs qui s'y sont développés entre 1958 et 1979. Dans la capitale des Gaules, et en lien avec la mobilisation nationale de 68 mais aussi notamment les luttes du Larzac et de LIP, on assiste durant ces deux décennies à l'émergence de nouvelles formes et de nouvelles thématiques de revendication : autogestion, luttes des femmes, écologie, libre expression de l'homosexualité, luttes des travailleurs immigrés, antimilitarisme... De nouvelles attentes politiques et sociales émergent, dont on trouve les premiers signes avant mai 68, contrairement à ce que l'éclatement brutal de la mobilisation étudiante et ouvrière des mois de mai-juin laisse supposer.

    Confrontée à un développement tous azimuts des formes de contestation, l'agglomération lyonnaise révèle alors ses failles. Ces années 68 vont brutalement mettre en évidence l'appartenance de Lyon à un ensemble national par son adhésion massive à la contestation née de mai-juin, à rebours des représentations d'une ville enfermée dans ses réseaux institutionnalisés et dominée par une élite industrielle et commerçante. C'est donc une dynamique sociale nouvelle qui s'impose alors à Lyon et dans le Rhône, à l'exemple de ce qui se passe en France, en Europe et dans le monde.

    Le récit général est ponctué de focus consacrés à un événement social ou une thématique revendicative sans oublier une chronologie des événements marquants de mai 68 survenus à Lyon et sa périphérie.

  • Un voyage passionnant a travers le bassin minier de la Loire auquel nous sommes conviés pour découvrir les 9 communes encore en activité minière après la Nationalisation des Charbonnages. Rien d'uniforme entre elles, ces communes marquées par leur héritage socio-politique, ont diversement vécu ce moment-passion que fin la grève de 1948. Durant cette grève, le chemin des mineurs fut croisé par de multiples acteurs qui a leur manière ont interféré avec les événements: les forces de l'ordre, les ingénieurs et les gouverneurs, les immigrés, les femmes, l'Église, les bénéficiaires de la solidarité. Chaque fois, l'étude des archives et l'appel aux témoins permettent de découvrir d"autres univers, d'autres stratégies face aux événements. Se profile une fresque de la société française encore engluée dans les héritages de la guerre et déjà agitée par les prémices d'un profond renouvellement.

  • Réunies dans un seul volume, de la plus petite à la plus grande, toutes les communes (dont la vôtre) du département de la Drôme, avec au minimum une illustration (souvent une carte postale ancienne). Sur chacune des communes : nom des habitants, noms anciens, populations à différentes époques, superficie, altitudes (minimales et maximales), quelques faits historiques, monuments anciens et actuels, église, châteaux, manoirs, approche du petit patrimoine, chapelles, lavoirs, pigeonniers, croix anciennes, curiosités diverses, principaux personnages nés ou décédés dans la commune, description des armoiries, artisanat et industrie, sites touristiques, manifestations.

  • Cet ouvrage d'Alain Balsan, de 160 pages en quadrichromie est illustré de plus de 260 documents iconographiques issus pour beaucoup du fonds documentaire de Mémoire de la Drôme. Après "Valence 2000 ans d'histoire" l'auteur poursuit ses recherches sur sa ville natale, au fil d'une quarantaine de rubriques thématiques liées à l'histoire de la cité. A coté des événements religieux, politiques, militaires et autres qui ont forgé l'histoire de la cité durant vingt siècles, les noms de fonctions ou les institutions disparues sortent de l'oubli grâce à de simples plaques émaillées... Un très beau livre à découvrir..

  • Valence, 2000 ans d'histoire Nouv.

  • Le parc Jouvet au cœur de Valence Nouv.

    Inauguré en 1905, ce parc public situé au coeur de Valence est présenté ici au travers de plus de 300 documents (photographies, gravures, plans et autres) issus pour beaucoup du fonds iconographique de Mémoire de la Drôme.

    L'auteur nous raconte l'histoire de ce lieu, l'intervention des architectes paysagistes qui ont contribué à sa réalisation, les oeuvres d'art que l'on peut y découvrir et nous convie à une promenade littéraire avec les écrivains qui ont écrit sur celui-ci.
    Une des grandes pages de l'histoire de Valence à découvrir.

  • Lyon, histoire illustrée d'une ville conte l'histoire d'un lieu, plus que bimillénaire, où ont vécu, aimé, travaillé des hommes; Lyon. Parler du local à un moment où la mondialisation cadre nos existences participe au besoin d'affirmation d'un ancrage local. Il y a nécessité absolue, dans un monde globalisé, à pouvoir évoquer une appartenance territoriale qui rassure, et permet de se situer. Associer un regard nouveau à des connaissances immuables est une démarche de modernité. Cet ouvrage, différent de ce qui a déja été publié sur Lyon, sera le compagnon de toutes celles et ceux qui aiment cette ville et veulent la comprendre, et qui cherchent les clés pour ouvrir les portes du temps lyonnais au lieu de regarder par le trou de la serrure ! Dans ce nouvel opus, Bruno Benoit suit la trame historique, et approche l'histoire illustrée de cette ville avec des mots simples pour que le public s'en approprie le sens. "Vous découvrirez l'âme concentrée, réfléchie, généreuse, un peu triste peut-être, par excès de gravité, de cette ville robuste qui a de tout temps sacrifié le prestige des apparences à la recherche loyale des réalités" (Edouard Herriot, mai 1914)

  • Dans une autre vie, il y a plus d'un siècle et demi, le canal qui avait connu une naissance difficile, voire douloureuse, faisait enfin ses premiers pas. Très vite les Foréziens s'habituèrent à sa présence d'autant qu'il rendait une multitude de services très appréciables et parfois inattendus. Mais, cahin-caha, il vieillit bien mal... son déclin semblait irrémédiable, allait-il disparaître? On en fut a deux doigts. Pourtant en peu de temps dans les années 1960 il ressuscita, si profondément transformé qu'on ne le reconnaissait plus. Et ce deuxième canal, en ces temps de crises climatiques, rend encore plus de services : il devient un atout majeur pour conforter nos ressources en eau. Il fut utile ; il est indispensable. Et il est si pittoresque!

  • Créé en 1773, le Champ de Mars est un lieu public privilégié de promenade, de contemplation, de rencontres, de rassemblements, de divertissements, de fêtes, d'expositions et autre événements qui ont constitué une grande part de l'histoire de Valence. De cette terrasse s'apprécie le mieux le panorama réputé sur Crussol.

    Du temps de la Révolution, les gardes républicains s'y rassemblaient, le jeune Bonaparte parmi eux, ainsi que le général valentinois Championnet dont la statue trône sur la place qui porte son nom. Ce site est devenu la vitrine de Valence par les nombreuses expositions qu'il a accueillies, les manifestations culturelles, sportives et autres.

    Fortement imprégné par les dessins « amouristiques » de Peynet, qui lui procurent une renommée mondiale, le « Kiosque des amoureux de Peynet » est devenu un monument historique. L'espace autour de ce nouveau temple de l'amour, porte le nom de Jacques Pic, qui a élevé la cuisine au rang des beaux-arts et contribue lui aussi, au renom de Valence.
    Splendidement aménagé en esplanade jardin, en 2000, avec ses tapis verts et ses fontaines, le Champ de Mars supporte bien sa transformation en champ d'amour.

  • "Il était une fois Châteauvert..." un très bel ouvrage écrit par un groupe d'habitants de ce quartier de Valence, animation et coordination éditoriale : Christine Mas administratrice de Mémoire de la Drôme. Ce livre constitue une rétrospective d'une centaine d'années sur ce quartier atypique aujourd'hui résidentiel qui a vu naître dans les années d'avant guerre plusieurs entreprises aujourd'hui mondialement connues. Un livre de 127 pages en quadrichromie, enrichi de plus de 330 documents iconographiques, format 21x29,7. En vente su

  • L'histoire officielle de Lyon commence dans le 5ème arrondissement, à Fourvière, avec la fondation de la colonie de Lugdunum, qui devient vite une capitale. Au bord de la Saône, un nouveau quartier prend de l'ampleur ç partir du IVème siècle et sur la colline, deux églises sont construites au siècle suivant, sur le site de l'ancienne nécropole romaine de Saint-Just/Saint-Irénée. Au XIIIème siècle, deux conciles eurent lieu à Lyon, dans l'arrondissement, et pas moins de dix papes y séjournèrent. Henri IV s'y maria en 1600. Et si la Renaissance marque l'âge d'or de Lyon, donc du Vieux-Lyon, c'est au XVIIème siècle que les couvents s'approprient la colline, surtout parce qu'il n'y a plus de place pour les accueillir dans la Presqu'île !

    La dégradation aussi bien architecturale que sociale du Vieux-Lyon depuis le début du XXème siècle, faillit lui être fatale, mais aujourd'hui, le 5ème arrondissement est fier de son quartier Renaissance, de ses théâtres romains et de sa basilique, du "Plateau" enfin, qui continue son développement urbanistique entamé au siècle dernier autour du Point-du-Jour. Cette richesse architecturale a permis à une grande partie de l'arrondissement d'être inscrite, avec la Presqu'île, dans le périmètre classé par l'UNESCO en 1998 au titre du Patrimoine Mondial de l'Humanité.

empty