Phoenix t.1; marc alyn

Phoenix t.1; marc alyn

À propos

PRESENTATION DU N° 1 DE LA REVUE PHENIX : MARC ALYN. Phénix, voici le jour ! Léon-Gabriel Gros. La filiation clairement revendiquée des Cahiers du SUD à SUD, puis à Autre SUD, n'est pas démentie par la disparition du mot SUD dans le titre de notre nouvelle revue. Simplement, il nous a paru que, s'il fallait certes conserver la mémoire de nos origines, nous avions d'autres moyens pour cela que reprendre ad vitam aeternam, sous telle ou telle forme, un mot glorieux mais qui devenait casserole, alors que le nouveau titre devait, à notre idée, s'inscrire dans cette continuité tout en signalant une certaine forme de rupture délibérée. C'est pourquoi, considérant que notre logo (fruit des interventions juxtaposées de trois d'entre nous, et définitivement adopté) représentait un oiseau volant dans un soleil de flammes; que la publication nouvelle prouvait sa capacité à renaître des cendres de la précédente; que notre jeune doyen, F.J. Temple, avait créé en son temps une revue nommée Fénix ; qu'enfin notre ami Léon-Gabriel Gros qui fut, on le sait, rédacteur en chef des Cahiers du SUD puis membre du conseil de rédaction de SUD nous fit l'honneur et l'amitié de publier son ultime recueil dans la "petite" collection SUD Poésie sous le titre flamboyant de Phénix, et que ce serait un hommage à lui rendre en assurant beaucoup plus subtilement la filiation, le rédacteur en chef de la défunte Autre SUD, abandonnant son idée d'intégrer le mot SUD au nouveau titre, proposa, pour la revue naissante, le titre: Phénix, dans cette graphie puisque c'était précisément une spécificité voulue par le poète comme nous l'apprend André Ughetto en sa belle préface aux oeuvres complètes de L.-G. G. justement parues aux éditions SUD. Et ce titre, dangereux mais beau, sifflant comme un coup de fouet, fut adopté à l'unanimité par le conseil de rédaction d'Autre SUD, qui signait ainsi l'acte de naissance de ces nouveaux cahiers littéraires internationaux et s'en instituait le conseil. Outre les membres reconduits, après la douloureuse disparition de Jean-Max Tixier et l'amicale et indispensable venue de Téric Boucebci, un autre ami qui n'est plus à présenter, Jean Orizet (né du c™té de l'EstaqueÊ!) nous fit l'honneur et la joie d'accepter de s'agréger à l'équipe. Cette présentation est donc collégialement signéeÊ: Yves Broussard, Téric Boucebci, Franoise Donadieu, Jo'lle Gardes, Daniel Leuwers, Jacques Lovichi, Jean Orizet, Jean Poncet, Frédéric Jacques Temple et André Ughetto, qui constituent le conseil souverain de Phénix. MARC ALYN. PROSES DE L'INTERIEUR DU POEME(Inédits, été 2010). Quand les mots somnambules vont et viennent sur les parvis de la mémoire, dans l'intervalle, l'entre-temps, la césure éblouie, quel au-delà s'avance à leur rencontre avec sa lampe allumée en plein jour, comme l'Hermite des tarots ? A peine ouverte, la fenêtre déverse en nos yeux la fraîcheur des jacinthes d'eau et l'or en fusion du soleil alchimiste. Le temps pensif, sourcilleux, fait son bourdonnement de guêpe prise au piège d'une vitre, seul à durer parmi tant d'éternités en trompe-l'oeil. Sur la laisse de mer, à la frange des grands textes, les poètes cheminent, laissant la trace de leurs pas au bord de la marée phosphorescente, dans la magnificence tragique de l'espace. La phrase panoramique remonte ses filets débordant d'archipels, de galaxies, de brouillons d'univers où la mort ne constitue guère qu'une faute de frappe, tout début naissant de sa fin. De vertige en voltige, du vol plané de l'étincelle à la respiration glorieuse de la flamme, nous progressons ainsi vers les confins tremblés de la parole, dépourvus de projet, libres dans le temps circulaire, faisant halte de loin en loin en de vastes clairières. GIORGIO CITTADINI. LA MER. Tu aimes sincèrement la mer... et t'illumines à en parler. C'est, je crois, pour la part d'infini qui t'a toujours manqué. Mais cela, vois-tu, nous réunit. Tant de choses infimes et plus lourdes pourtant que les rochers. Je voudrais pour toi être comme la mer farouche mais apaisée, tendre et enveloppante. Crois-moi, elle n'est pas nouvelle la réunion des choses grandes et infimes.

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

Rayons : Littérature générale > Poésie

  • EAN

    9782919638000

  • Disponibilité

    Épuisé

  • Longueur

    22 cm

  • Largeur

    15 cm

  • Épaisseur

    1 cm

  • Poids

    203 g

  • Distributeur

    Calibre

  • Support principal

    Revue

Infos supplémentaires : Broché  

Découvrez un extrait PDF
empty